A partir du lundi 29 juilletla newsletter adopte un rythme hebdomadaire.
La quotidienne reprendra 
le lundi 2 septembre 2019.
Nous vous souhaitons un
très bon été !
En cette période estivale, la Rédaction vous donne rendez-vous les vendredis 5, 12, 19 et 26 août avant de vous retrouver sur un rythme quotidien à compter du lundi 29 août.
Nous vous souhaitons de
très bonnes vacances !

Accès abonnés

   

Créer un compte

                           
                           

Recherche

Les moteurs de recherche simple et avancée
sont accessibles aux utilisateurs connectés
Redressement judiciaire

10.02.2016 - 07:00 Commercial / Sociétés (Jurisprudence)

Adoption d’un plan de redressement subordonné à la cession des parts d’un dirigeant

Le plan de redressement peut être adopté, lorsqu’il est subordonné à la cession des parts d’un dirigeant, même si à la date de l’adoption du plan celui-ci n’a pas été définitivement évincé après le paiement de la valeur de ses droits sociaux.

La société A. a été mise en redressement judiciaire. Par la suite, un jugement a arrêté le plan de continuation, étendu la procédure à la société B. , ordonné la cession forcée des parts du dirigeant de la société A. , et désigné, dans l’attente de leur transfert, un mandataire ad hoc pour exercer les droits de vote correspondants.

Le 19 septembre 2013, la cour d’appel a annulé la cession des parts et la désignation du mandataire ad hoc et a dit qu'il n'y avait pas lieu d'annuler les dispositions du jugement relatives à l'adoption du plan. 

La société A. , son dirigeant et la société B. font grief à cet arrêt de ne pas remettre en cause l’adoption du plan.
Selon eux, le plan de redressement ne peut être adopté, lorsqu’il est subordonné à la cession forcée des parts sociales d’un dirigeant, avant que celui-ci ait été définitivement évincé et la valeur de ses parts réglée.

Le 26 janvier 2016, la Cour de cassation rejette le pourvoi au motif "qu'ayant énoncé à bon droit que l'article L. 631-19-1 du code de commerce, qui permet de subordonner l'adoption d'un plan de redressement à la cession des parts sociales d'un dirigeant, n'exige pas qu'à la date de l'adoption du plan, le dirigeant ait été définitivement évincé après le paiement de la valeur de ses droits sociaux, la cour d'appel a pu surseoir à statuer sur l'adoption du plan et ne renvoyer au tribunal que l'examen de la question de la cession forcée des parts sociales".

Auteur : CHLOE CORPET ID réf. de l'article : 319585


Références
- Cour de cassation, chambre commerciale, 26 janvier 2016 (pourvoi n° 14-14.742 - ECLI:FR:CCASS:2016:CO00097), société Compagnie hôtelière d'exploitation du Cannes palace, société Plage des dunes et M. X. c/ société Foncière Clannathone - rejet du pourvoi contre cour d’appel d’Aix-en-Provence, 6 mars 2014 -  Cliquer ici 
- Code de commerce, article L. 631-19-1 -  Cliquer ici 
Sources
La Semaine juridique Entreprise et affaires, 2016, n° 5, 4 février, actualités, affaires, §110, p. 14, “Cession forcée des parts sociales des dirigeants dans le cadre du plan de redressement” - www.lexisnexis.fr
Mots clés
14-14742 - Droit des affaires - Droit des sociétés - Procédure collective - Procédures collectives - Droit des entreprises en difficulté - Adoption d'un plan de redressement - Cession des parts sociales d'un dirigeant - Dirigeant non évincé après le paiement de la valeur de ses droits sociaux - Désignation d'un mandataire ad hoc - Date d'adoption du plan
Pays : France.